Acta people
27/04/2021
Omeor Abeurgle

Acta people est un documentaire suivant une communauté aux contours non définis et à l’existence assez floue. Des yaks broutent de l’herbe, des gens pratiquent des rituels, un environnement se dessine, des gens parlent. Ils se contredisent, les avis divergent, certains approuvent.

Omeor Abeurgle, Acta people, 2020.

Ce film questionne la notion de communauté, du vivre-ensemble, de la limite entre secte et groupe de personnes bienveillantes.
La question posée serait le moment où l’on bascule d’un environnement positif et consentant à une vie en communauté forcée. Quelle est la juste balance, comment peut-on se laisser aller dans quelque chose que l’on ne contrôle plus. L’idée est de rester évasif sur cette communauté, ne pas donner de contexte temporel, géographique, ne pas donner les règles, pour se questionner sur sa légitimité et son existence. Tous les personnages ont en commun à un moment la manipulation des affiches, lesquels établissent les règles de la communauté. Ces affiches deviennent plus que des supports de propagandes, mais presque le symbole de cette communauté, le fétiche qui les relie. On ne saura jamais directement ce qu’il y a écrit, on ne pourra que se l’imaginer. Construit comme un regard du haut, cette histoire ne se résout pas à la fin, ne part pas réellement d’un point A à un point B, mais se veut comme la captation d’un moment précis, d’un état d’esprit passager.