Rencontre
03/12/2020
Victoire Bondoux

Étudiante en Design Graphique aux beaux arts de Lyon, j’ai un fort attrait pour la production d’images. J’aime questionner les relations entre machines, outils, et visuel ainsi que la notion de reproductibilité de l’image.


Victoire Bondoux, poster réalisé dans le cadre d’un workshop avec The Serving Library, novembre 2020.

À partir de quel moment peut-on considérer que la machine devient auteur de l’œuvre ? J’aime beaucoup ce texte de Walter Benjamin qui se nomme « L’oeuvre d’art à l’heure de sa reproductibilité numérique ». Vous noterez que j’évoque le numérique à l’endroit où Benjamin cite, normalement, la technique. Cependant, l’un ne va pas sans l’autre, puisque la notion de numérisation arrive grâce à la technique et à son progrès. Mais peut-on réellement parler de progrès ? L’image s’industrialise à travers le numérique, ce qui fait d’elle une image infiniment reproductible. La crédibilité de l’image est remise en question suite aux progrès techniques. Le numérique est la solution qui dissout toute unicité ou reproductibilité, elle incarne les deux à la fois. Nous ne pensons l’image qu’une seule fois, mais nous la produisons innombrablement.

Cette vidéo à été réalisée en Novembre 2020 dans le cadre d’un workshop avec The Serving Library. Elle fait office de teaser pour un texte à venir, sur les termes d’unicité et de reproductibilité de l’image.