2e cycle
28/01/2021
5e année

Enfin, nous vous partageons plusieurs travaux réalisés par les élèves de cinquième année au sein de la section Communication de l’Ensad Nancy.

 

Elizabeth Delphin

Je suis particulièrement intéressée par l’édition, la mise en page de beaux livres, avec une affection toute particulière envers la photographie et donc le rapport texte/image au sein d’un ouvrage.  À cela s’ajoute mon intérêt pour les images d’archives, les documents iconographiques sous toutes leurs formes et le patrimoine que je cherche à diffuser à travers mes projets, et qui sont au cœur de ma pratique. Je suis actuellement en train de réaliser mon projet de diplôme sur la diffusion d’un fonds photographique du début du 20e siècle de plus de 6000 images !

L’ornement selon Andrea Branzi

Édition documentaire qui présente l’ensemble de la création théorique et pratique d’Andrea Branzi sur l’ornement. Tous les documents sont issus d’un travail de recherche à la Bibliothèque Kandinsky. 
Il s’agit du seul ouvrage existant qui recense cet aspect de son travail pour le moment.


Elizabeth Delphin, L’ornement selon Andrea Branzi, papier munken, impression laser, 25×33 cm.

Specimen typographique

Création d’un caractère faisant sens avec la pratique de Sonia Delaunay et présentation dans son spécimen typographique. Il s’agit d’un caractère de titrage aux formes géométriques simples et modulables s’utilisant comme motif et questionnant le sens de la forme comme lettre.


Elizabeth Delphin, Specimen typographique, papier journal 70g, impression rotative, tabloïd.

Exposition Laboratoire de formes

Exposition organisée par Marina Gadonneix, Laboratoire de formes est le résultat d’expérimentations interrogeant la place du studio de photographie comme laboratoire d’expérimentation. C’est un voyage énigmatique à travers la substance et la forme, l’image et la matière, la réalité et la fiction, comme autant de formes et de contre-formes mystérieuses et intrigantes.


Elizabeth Delphin, Laboratoire de formes.

 

Io Papadatos

Cinémaclip

Le clip vidéo a toujours été vu/visionné/étudié à travers son lien étroit avec le monde du cinéma. Mais depuis la création de MTV et plus tard de Youtube, ne serait-il pas intéressant de se questionner l’inverse? Depuis l’omniprésence du clip vidéo à la télévision, sur internet et les réseaux sociaux, le cinéma a lui aussi évolué dans sa manière de traiter la musique. Les réalisateurs font aussi régulièrement le choix d’utiliser des musiques pré-existantes pour accompagner leur oeuvres, ce qui permet souvent d’accompagner un univers ou une narration qui baigne dans la culture du vidéoclip. N’arrive-t-il pas souvent d’ailleurs de mémoriser un film grâce à une scène musicale?


Io Papadatos, Cinémaclip , mémoire de Dnsep, 2020-2021.

 

Maïssa Anrar

WHO

WHO est une «Édition de ressources» qui est divisée en deux parties distinctes. Une première partie qui comprend des entretiens sur l’économie des ressources qui a été possible suite à de nombreux échanges de courriels avec des maisons d’édition, des graphistes et des étudiants. La seconde partie hiérarchise les informations en tableaux avec des commentaires pour fournir des informations plus précise concernant le prix, les possibilités etc. C’est un objet généreux qui a nécessité des ressources importantes. Il respecte le principe d’économie de moyens dans sa forme.


Maïssa Anrar, WHO, 76 pages, 13 x 27 cm.

Memphis

Memphis est une affiche qui raconte la création d’une collection d’objet du groupe Memphis (mouvement de design et d’architecture italien créée en 1980 à Milan) grâce a un principe de réaction en chaine.


Maïssa Anrar, Memphis, 84,1 x118 cm.

 

Jean Marques

Pour un éco-sensualité de la mode

La mode m’a toujours permise de trouver une identification sociale mais est aussi un signe distinctif contre une société hétéronormée. Mais elle se substitue progressivement à la sphère économique d’une mode mondialisée qui possède ses failles. Entre les litres d’eau utilisés pour teindre les tissus industriels avec des pesticides pulvérisés sur les cultures de coton, y compris les microplastiques fabriqués à partir de vêtements synthétiques qui finissent dans les océans, et les conditions de travail pitoyables dans les usines des travailleurs qui produisent des articles de mode éphémères. Les ressources de la terre sont inutilement sacrifiées. C’est autour de discussions qu’Azur, All Blues, Vejas et Gamut ont alors bien voulu me parler de leurs démarches et intentions pour une mode avantage éthique et inclusive.


Jean Marques, Pour un éco-sensualité de la mode, 225 × 300 mm, 2021.

Photographies

Ces natures mortes évoquent visuellement les thématiques de recherche d’Elise Deubel et s’inscrivent également dans le cadre de mes recherches en perspective du diplôme. Les accessoires d’Elise travaillent autour des notions de ruine et d’artisanat, interrogeant la place des œuvres d’art et leur échelle dans un contexte d’exposition.
Aidé par @garancehenry & @elise.deubel.


Jean Marques, Bague sur pain d’épeautre & Pendentif sur courge purulente 1/2, photographie, dimensions variables, 2021.


Jean Marques, Pendentif sur gousse suintante, photographie, dimensions variables, 2021.


Jean Marques, Pendentif sur courge purulente 2/2, photographie, dimensions variables, 2021.


Jean Marques, Jet de passion avec pendentif, photographie, dimensions variables, 2021.

 

Julie Dubier

ETTORE I ANDREA

Médiation des projets d’étudiant·e·s de l’Ensad Nancy (2018 et 2019) autour du travail d’Ettore Sottsass et Andrea Branzi.
Réalisé avec Io Papadatos.

Julie Dubier & Io Papadatos, ETTORE I ANDREA, 2020.

 

Merci de l’attention que vous avez porté aux travaux des étudiant·es de la section Communication de l’Ensad tout au long de cette semaine de portes virtuellement ouvertes. Nous vous invitons à nous rejoindre en live sur le compte Instagram d’Éphéméride vendredi et samedi pour rencontrer des élèves de l’école et pouvoir leur poser toutes les questions que vous souhaitez.